L’habit fait le professionnel

Si vous êtes du genre à vous pointer au bureau en ensemble de jogging, en minijupe sexy ou en «Marcel», sachez que vos habitudes vestimentaires pourraient compromettre vos chances d’avancement.

Un récent sondage Léger marketing mené pour le compte de l’agence de stylisme Les Effrontés révèle notamment que 92 % de la population (99 % des femmes et 86 % des hommes) considèrent que la garde-robe joue un rôle important dans un contexte d’affaires.

De plus, 65 % des Québécois jugent leur interlocuteur en fonction de son apparence durant les rencontres professionnelles. Pas étonnant que 100 % des spécialistes en ressources humaines sondés s’entendent pour dire que le look peut avoir un impact considérable au boulot!

Une question de confiance

«Les gens d’affaires doivent porter une attention particulière à leur tenue vestimentaire, a affirmé par voie de communiqué Marie-Claude Pelletier, présidente de l’agence Les Effrontés, qui fête ses 10 ans cette année. La première impression est d’une importance capitale, et les vêtements y font pour beaucoup. Une nouvelle tenue peut nous redonner confiance et faire toute la différence.»

D’ailleurs, 60 % des Québécois affirment être mieux dans leur peau lorsqu’ils portent des vêtements qui les avantagent. Alors que plus de la moitié (57 %) se disent plus confiants, 42 % des femmes se sentent aussi plus dynamiques dans une tenue qui les met en valeur.

Il y a 10 ans, des émissions telles que Méta­­morphose et What Not to Wear n’existaient pas encore, et la majorité des gens croyait qu’il était impératif d’avoir un gros budget ou d’être une personnalité publique pour s’offrir de tels services. Depuis, les choses ont bien changé. D’après les résultats du sondage, près du quart des professionnels québécois (23 %) pensent à recourir aux services d’un styliste.

Ce sondage a été réalisé du 14 au 17 juillet. L’enquête web a été menée auprès d’un échantillon représentatif de 119 gens d’affaires du Montréal métropolitain. La marge d’erreur est de plus ou moins 9 %.

Lien vers l’article

Retour